JC Morice
photo l. morice
JC Morice
autoportrait, peinture
Jean-Claude Morice vit et travaille à Chartres.

Dès les années soixante-dix, le plasticien développe un travail pictural témoin de ses goûts pour la légèreté, la transparence et le tout juste montré. Il tente de satisfaire ses exigences figurales du moment en utilisant différents matériaux et techniques, différentes procédures sur des supports de natures différentes. C’est le moment des constructions en matériaux récupérés, souples et rigides le plus souvent peints en blanc. Les pop artistes américains Jasper Johns, Robert Rauschenberg, Roy Lichtenstein sont bien présents en Europe.
Fin 70 le contact avec des travaux sérigraphiques de Rauschenberg dans une galerie parisienne mais aussi des travaux de Robert Ryman l’incitent à abandonner le geste peint pour un travail sur les voilages et les écrans à l’aide de caches et de couleurs pulvérisées.
Sensible aux préoccupations artistiques et esthétiques de ses contemporains il multiplie les approches techniques et théoriques et continue à développer des thèmes de figures qui lui sont familières.
Dans les années 80 il donne à voir successivement, sur toiles libres colorées dans des bains acryliques, des papiers et des planchettes, des comptes, des cartes, des terriers.
A partir des années 90 de plus en plus intéressé aux variations et aux séries, il commence à travailler sur le thème de la figure humaine.
Quelques vingt années plus tard, en 2011, invité à présenter une rétrospective de ses travaux sur les cartes à Chartres, il décide de tenter la combinaison du paysage et de la figure humaine et ce sont les campagnes d’Alexandre constituées de pièces réalisées sur cartes routières, qu’il met en espace aux Archives départementales d’Eure et Loir.

Illustrateur Morice travaille : à la revue Contrordre, directeur de rédaction Tony Cartano, années 1970 ; à deux ouvrages pour enfants, Histoire perdue et Le lierre de Bruges, éditions Laurence Olivier Four, textes de Serge Cabioc’h, années 1980 ; à plusieurs ouvrages spécifiques pour handicapés visuels, ( DAO + gaufrage ) avec des scientifiques, éditions la Cité des Sciences, années 1990 ; sur des textes d’amis écrivains, Serge Cabioc’h, Isabelle Jan, années 2000.
Il collabore avec Isabelle Jan à la « petite collection » éditée conjointement par les éditions Calmann-Lévy / Réunion des Musées Nationaux et image le blog de Louis Morice et Marco Mosca journalistes au Nouvel Observateur.

Il a exposé en France et à l’étranger : Musée d’Art Moderne, Biennale Lieux d’artistes, Paris ; FIAC Grand Palais, Galerie Regards, Paris ; Hordaland Kunstner Sentrum, Bergen ; Centre Noroit, Arras ; Galerie Henri Charras, Rouen ; Espace Malraux, Chambéry ; Galerie 30, Paris ; Galerie Regards, dir. Pierre Boissier, Paris ; Galerie Artémise, Rémalard ; Archives départementales, Chartres; Galerie Ruffieux-Bril, Chambéry.
En France, ses travaux figurent dans les collections du FNAC, du FRAC Centre et de divers musées.

bibliographie :

Pierre Avérous Friches,Paris 2015, (à l'occasion de la sortie du porte folio 7F atelier Alain Controu)
Pierre Avérous Arpentages, Paris 2011, Ed. C.G. 28
S.Cabioc'h Spectres marouflés, Bretteville 2001, Ed. C.G. 28.
Serge Cabioc'h Les cartes de Morice ou la mémoire inachevée, Bretteville 1983, Ed. galerie Regards, Paris.
Didier Caron Hypothèses d'enquête sur le travail de J-C M, Paris 1987, (à l'occasion de l'exposition à Bergen 1988) .
Isabelle Jan Entêtement du paysage, Paris 2001, Ed. C.G. 28.
Christian Ruby et P.-Y. Mate Arrêt sur l'image, Paris 1985, Ed. M.B.A. , Chartres.
Maïthé Valles Bled La carte, la peau, le temps, Chartres 1985, Ed. M.B.A. , Chartres.



POS 2012